Il ne pousse pas d'ailes de papillon sur le dos des chenilles...

A. Desjardins

RENCONTRE AVEC LE MAITRE CHEN Hsui Yao…





Par Sihing Thierry


Suite au stage de Pentecôte dernier avec Me LAU Kung King et Me William NELSON, et ce grâce à l’initiative de notre Sifu, je me suis rendu à nouveau au Temple sur Lot (là même où il y a maintenant plus de 20 ans j’effectuais mon tout premier stage d’arts martiaux…) afin de participer à un séminaire de cinq jours organisé par l’association “Le Méridien” fondé par Me William NELSON, avec des maîtres de Taïwan, dans l’art du Taï Chi Chuan. J’ai ainsi pu à cette occasion découvrir Me CHEN Hsui Yao, plus connue en occident sous le nom de Me Rosa Chen.

IMAG1245_BURST002_COVER

Me Rosa Chen, née en 1948 dans la province du Hunan en Chine, pratique le Taï Chi Chuan depuis plus de 50 ans… Après avoir étudié différents styles auprès de différents maîtres (Maîtres YANG Ching Yu, SUN Shao Chye de l’école YANG, PAN Wing Chow de l’école CHEN, CHU Hong Ping de l’école de Me CHENG Man Ching), elle se consacre plus particulièrement à la méthode de Me CHENG Man Ching de l’école Yang. Entraîneur des équipes nationales taïwanaises de Taiji, elle est également le fondateur et la présidente de la “New Generation Cheng Man Ching Taï Chi Chuan Association”.

Au programme de ce séminaire, l’apprentissage quotidien, conduit par Me Rosa Chen assistée de ses élèves instructeurs, de la forme au sabre de Taï Chi de 108 mouvements héritée de son maître SUN Shao Chye ainsi que du Qigong des 5 animaux.

Un mouvement après l’autre, nous répétions la forme trois heures durant chaque jour, sous l’œil attentif de Me Rosa CHEN. Malgré un handicap de la hanche suite à un accident de voiture, je n’ai vu que très rarement Me Rosa CHEN s’asseoir… Bien au contraire, à la fin de chaque répétition des séquences au sabre, sous plus de 30°, elle ponctuait notre travail, comme un maître de musique, par un « one more time » terriblement enthousiaste. Outre l’apprentissage technique lui-même, elle nous exhortait à la patience, à l’attention, à l’effort et surtout à la joie dans la pratique, dans la vie… Comme un écho de ce que nous recevons quotidiennement, ici à Caen, auprès de Sifu Hérald LOYGUE et que nous oublions vite… Comme une parenté silencieuse de transmission, de maître à maître, au-delà des distances géographiques…

Quelle ne fut pas ma surprise d’ailleurs, en rentrant du stage, de découvrir sur la page du site taïwanais de Me Rosa CHEN la mention du nom du Me Ke Qihua (dont elle dit qu’il lui a fait ressentir les avantages de la pratique du Taï Chi Chuan…), appartenant au cercle restreint des étudiants de Me CHENG Man Ching et… qui fait partie de notre famille dans l’art du Taï Chi Chuan de l’école LISHAN ! (cf. filiation de l’école LISHAN sur notre page “Taï Chi Chuan“).

Si, comme l’on dit en Chine, il existe autant de styles de pratique que d’individus, les principes de travail et la qualité, en revanche, au-delà des différences apparentes de forme, sont uniques et reconnaissables et s’éprouvent à l’aune de l’efficience : cela fonctionne-t-il, cela produit-il des effets, des fruits ?

IMAG1266

C’est ce qui précisément assure la pérennité d’un art, de génération en génération.

Comme le dit notre Sifu, pratiquer « c’est actualiser le pas des Anciens… ».

Menu

 

Infos
Contact
 
Actualités

Vidéos
 
Agenda

Liens

Lishan - © 2017 - Tous droits réservés
Photographies : Salomé Loygue

X