Institut

- Fondé en 1996 -

Questions fréquentes

MAKUMOSO le crapaud (ne vous faites pas d’illusion) …

MAKUMOSO le crapaud (ne vous faites pas d’illusion) …

hp_scanDS_64514301259

Article publié le :
29 novembre 2019

J’ai un crapaud dans mon jardin qui se cache… Serait ce un prince charmant ?

On voudrait bien faire de tous les crapauds que l’on croise, des princes charmants… Mais en vérité, c’est la bave elle-même du crapaud qui est le puissant médicament. Capable de nous tirer de notre léthargie. La bave d’un crapaud est un médicament contre l’esprit d’attachement, l’esprit de jugement, d’avidité, qui veut faire de toute chose un profit, une utilité…

En réalité toute chose a ses deux aspects :

Chacun a sa face de crapaud et sa face de charmant et il dépend de peu de chose de changer de face… Tout dépend du regard, tout dépend du sens du vent !

Dans le monde-du-désir, chacun voit le monde en fonction de son attente, de ses verres de lunettes colorés. Chacun attend à être satisfait…

« Embrasser l’Un » ne suppose pas d’essayer d’embrasser tous les crapauds pour en faire des princes charmants !

Mais de quitter son point de vue personnel (monde de la forme) pour celui du ciel sans-limite (monde du sans-forme).

S’éveiller à sa véritable nature, son visage originel, c’est ce que nous commémorerons ce 8 décembre prochain dans les pays bouddhistes où l’on fête l’éveil du Bouddha.

La magie n’est pas dans l’extra-ordinaire de la situation, mais dans la capacité à voir clairement la situation, dans la réalisation du miracle de la vie la plus ordinaire.

Or, la qualité du regard dépend de notre transparence… Transparence à la lumière de l’Esprit profond… L’éveil est abandon.

Abandon de toute recherche, de toute attente, non-résistance à la situation.

Puissions-nous en ce retour prochain de la lumière, en cette fête de Noël, désencombrer suffisamment ce coeur obscurci par le voile opaque de l’ego, pour que puisse resplendir sa clarté originelle et libérer ainsi notre Agir de l’esclavage des trois poisons.

Lishan

 


 La version zen …

Un disciple pratiquait zazen (méditation) assidûment,

Le maître passe par là et lui demande :  ” Qu’est-ce que tu fais ?”

Le disciple répond : “je fais zazen !”

“Pourquoi faire ?” dit le maître…

“Pour devenir bouddha !” répond le disciple !

Alors le maitre s’en va et commence à polir une tuile.

“Que faites vous maître avec cette tuile ? ” demande le disciple :

“Je polis une tuile ! tu ne voies pas ? ”

“Pourquoi faire maître ? ”

“Ben, pour en faire un miroir brillant !” dit le maître.

“Comment peut-on faire un miroir brillant en polissant une tuile…” dit le disciple ?

“Comment peut-on devenir bouddha en méditant…? ” répond le maître …

A méditer !

 

« Bien que les mailles soient larges,
Le filet du ciel
Ne laisse rien échapper… »

Laozi

Autres articles récents

Search
Filtrer par
Filtrer par catégories
Actualités
Enseignements
Eskrima
Kungfu
Kuntao
Les outils de la pratique
Qigong
Diététique
Le Qigong du moment
Réflexions
Sanshou
Soins Bien-être
Soins MTC
T'aï Chi
Tuina
Vidéos

Remonter
X