Partager cette page

Facebook

Newsletter

La pratique des armes dans le taïchi : le sabre

La pratique des armes dans le taïchi : le sabre

IMG_8623

La pratique des armes fait partie intégrante de la tradition des arts martiaux chinois et du Tai Chi Chuan.

Elle permet de “prolonger le bras”, de mettre en évidence les principes du style pratiqué et ainsi de déployer l’énergie dans l’espace. Ce qui était contenu à mains nues se manifeste beaucoup plus clairement avec l’arme, que l’on devrait appeler aujourd’hui “outils” ou “instruments de la pratique”.

Pourquoi pratiquer les armes en Tai Chi ?

C’est un moyen d’affiner le travail et de progresser dans la qualité en apportant des contraintes particulières. La pratique des armes suppose une grande discipline, ne serait-ce que pour ne pas se blesser ou blesser ses partenaires, il faut beaucoup d’attention.

La présence de l’outil oblige à plus d’attention, de précision, surtout s’il est tranchant ! La perception de son centre et de ses appuis se manifeste d’une façon unique, la mobilisation de l’énergie est évidente et manifeste. Les notions de distance, de vitesse, surtout dans le travail à deux sont fortement accrues.

Autant dans le travail à main nue, l’énergie est contenue, autant dans la pratique des armes, elle est exprimée.

IMG_3158

Les armes traditionnellement utilisées sont principalement le sabre (lame à un seul tranchant, courbe ou droit), l’épée (lame droite à deux tranchants) et la lance/bâton.

A défaut d’arme spécifique, on peut utiliser un bâton ou tout objet à sa disposition comme une canne, un parapluie, …

Les principes d’utilisation sont les mêmes que dans la pratique à main nue. Les postures y sont similaires, bien que chaque outil utilisé implique une spécificité majeure et des techniques spécifiques (le bâton ne tranche pas, l’épée tranche des deux cotés…).

La pratique se compose de deux aspects :

  • l’apprentissage en solo : apprentissage de forme, exercices de maniements
  • et la pratique à deux (tuijian/dao, sanjian/dao).

IMG_74611

IMG_74771

Echange de Tui-jian, avec D. Chan,
professeur de Taïchi à New York

 

Le sabre est une arme blanche d’estoc et de taille. Il se caractérise comme tous les sabres par une lame à un seul tranchant. Il peut être court ou long (50 cm à plus d’un mètre) avec une lame plus ou moins large, recourbée. Il est donc possible de “pousser la lame” avec la paume, ou l’avant bras. Le pommeau, séparé de la lame par une garde, peut également servir pour frapper. On rencontre des gardes larges en général, ou en « s », permettant de bloquer la lame adverse dans le jeu duel.

Des fouilles archéologiques ont mis à jour un sabre daté de 2500 ans avant JC. Les premiers sabres chinois semblent avoir été utilisés par les Mongols sous les Yuan. Le modèle le plus courant, “feuille de saule”, est apparu durant la dynastie Ming et resta l’arme des armées impériales jusqu’en 1911.

BoydGroup1

Le maniement du sabre développe la force des hanches, des racines et de la colonne vertébrale. Il nécessite une grande précision et une bonne fluidité. Les mouvements courts et circulaires sont privilégiés.

L’apprentissage du sabre est réputé plus facile que celui de l’épée. “On peut apprendre le Dao en 100 jours, mais il faut 10 000 jours pour apprendre le Jian”.

Découvrez la pratique des armes tous les jeudis de 17h30 à 19h00 et le sabre (maniements de base, petite forme, travail à deux) au prochain stage d’été : du 6 au 10 juillet.

Quelques exercices en attendant…

Autres articles récents

X