Partager cette page

Facebook

Newsletter

Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?

Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?

pollution-mortalité

Par Emmanuel & Carine

Les liens vers certaines sources d’information ont été indiqués en rouge


Mince !

On a encore raté “The Voice Kids” vendredi soir…

Nous avons préféré aller regarder et écouter C. Dion…

Attention ! Pas Céline… mais Cyril, à la conférence qu’il proposait le 23 novembre dernier à l’université de Caen.


C’est donc en compagnie d’environ 200 personnes (seulement ?), que nous nous sommes retrouvés, pour écouter ce monsieur, co-fondateur du mouvement “Colibri” en 2007 avec Pierre Rabhi, auteur du film “césarisé” “Demain”, et de différents ouvrages, dont il présentait le dernier : “Petit manuel de Résistance contemporaine“…

Puis nous sommes ressortis… bien déprimés… avec cette question à l’esprit :

“Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?”


Avec une grande simplicité, au cours de cet échange clair et sans complaisance, Cyril Dion nous a en effet expliqué et démontré, sources scientifiques à l’appui… Que nous courions à la catastrophe planétaire… à court terme (entre maintenant et une trentaine d’années…) et que la seule urgence désormais était d’agir pour l’écologie… non pas pour améliorer la situation, qui aurait selon certains déjà dépassé le seuil d’un retour possible, mais pour limiter les dégâts…

“Planétaire”… ça veut dire que ça se passera aussi dans mon jardin !

Il nous a tout d’abord expliqué que le récent rapport du GIEC était quelque peu “prudent”. Il serait en fait plus réaliste de considérer que le réchauffement climatique prévisible n’est pas de l’ordre de 2 degrés, mais plutôt de 4 à 5 °C selon les études (y compris celles de SHELL et TOTAL !).
Première claque…
Ensuite, il nous a présenté les différents cercles vicieux que cela supposait, le réchauffement climatique engendrant de multiples conséquences, créant elles-mêmes une augmentation de ce réchauffement : fontes des glaces entraînant la libération de gaz nocifs ; détresse climatique entraînant famines et guerres, qui vont elles-mêmes causer des catastrophes environnementales en tout genre; acidification des océans entraînant de multiples désordres écologiques, eux-même générateurs de catastrophes; ouragans, incendies, extinction des espèces (dont probablement la nôtre : certaines prédictions la font passer d’une dizaine de milliards de représentants, à 1 seul milliard… Qui sera l’heureux gagnant de cette loterie ?), etc…
Deuxième claque…

Après cette entrée en matière un peu difficile, il poursuivit en nous rassurant : “je n’ai pas de solution toute faite à vous proposer”…

Dur dur ! Nous qui pensions rentrer chez nous remplis de joie et d’espoir, pour pouvoir faire nos courses de Noël l’esprit tranquille pendant que les écologistes s’occupent de notre planète…



Alors, à notre petit niveau…
Que faire ?


Que faire ?
Face aux conglomérats et autres multinationales, souvent plus puissants que plusieurs états réunis et dont le seul objectif est d’optimiser les dividendes de leurs actionnaires ? (grâce au Black Friday 2017, Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, a dépassé et largement écrabouillé Bill Gates sur le podium de l’homme le plus riche du Monde, avec 100 milliards de dollars (!!!) de fortune personnelle… On n’a malheureusement pas encore le podium du black Friday 2018).

Que faire ?
Face aux politiques, aussi sourds et aveugles… que leurs électeurs (=”nous”)…

Que faire ?
Face au “quotidien”, au “pouvoir d’achat” qui nous fait souvent plus redouter la fin du mois que la fin du monde…

 

  • De nouvelles taxes sur les produits pétroliers ?

On voit ce que la récente taxation du diesel a donné, et on comprend que ce soit un peu difficile (même si l’on peut douter que cette mesure soit réellement prise en faveur de l’environnement)… Nous sommes pourtant “addicts au Pétrole” : Il n’y a quasiment rien que nous utilisions qui ne contienne pas de pétrole (vêtements, carburant, objets du quotidien, plastiques jetables à usage unique, etc… jusqu’à notre propre nourriture, parfois !).

> Mais qui accepte aujourd’hui de voir son “pouvoir d’achat” diminuer (surtout à l’approche de Noël !) pour l’environnement ?

  • Des solutions financières ?

Cyril Dion évoquait aussi les échanges spéculatifs des marchés financiers, dont les ordinateurs, grâce aux nouvelles technologies, “réfléchissent” désormais avec une vitesse de l’ordre de la nanoseconde (un milliardième de seconde… 10-9 !). Une infime taxation de ces échanges permettrait de générer une somme considérable…

> Mais quel pouvoir politique aurait le courage de mettre en place de telles solutions ?

  • Des solutions technologiques ?

Certes, il existe quelques idées, dont certaines ont déjà cours depuis quelques années (pas toujours non plus, pour des raisons écologiques) : épandages d’aluminium (ou autre métaux et substances) dans le ciel (Chemtrails), aspirateurs à Carbone géants, etc…

> Mais toutes ont leurs conséquences et leur impact sur l’environnement, conséquences encore inconnues, parfois même pires que le fléau qu’elles sont censées combattre, générant d’autres cercles vicieux… Remplacer toutes les voitures diesel par des voitures électriques, par exemple, aurait un impact bien plus négatif sur l’environnement que de continuer à rouler au diesel (la fabrication de ces voitures, et de leurs batteries “nucléaires” étant bien plus “carboniquement” néfaste)… Face à ces techno-solutions, le bon sens voudrait que l’on utilise déjà l’existant… En arrêtant par exemple, de détruire massivement nos forêts (aspirateurs naturels à CO2) ou les coraux des océans (qui sont nos forêts marines)… Les chiffres que nous donne Cyril Dion sont ahurissants : 15 milliards d’arbres détruits chaque année dans le monde contre 1 milliard de planté. Et les chiffres concernant les océans ne sont pas plus optimistes, puisqu’il y aura bientôt plus de pailles en plastique que de poissons dans nos mers

  • Des solutions politiques ?

Oui, bien-sûr ! on en est abreuvé jours après jours… Tous les hommes politiques d’aujourd’hui veulent que notre planète soit “great again”, et n’oublient pas d’insérer quelques lignes écolo à leur programme ! On a d’ailleurs eu droit à à peu près tout au fil de ces 2 dernières décennies : “La force tranquille”, “Mangez des pommes”, “Ensemble tout devient possible”, “Le changement c’est maintenant”, et “En marche !”

… effectivement, nous sommes en marche… nous courons même…

et tous, dans la même direction, avec la même perspective…

Le Film “Demain” ci-dessous, nous donne tout de même quelque pistes et un peu d’espoir…


Alors, à notre petit niveau…
Que faire ?


Saviez-vous qu’un “américain moyen” (à priori, ça marche aussi pour les européens…) a une “empreinte carbone” 14 fois plus importante qu’un habitant du Bengladesh ? Du coup, c’est facile…

Allons au Bengladesh…

…ou arrêtons de prendre des bains, voire même des douches, de nous habiller avec autre chose que du coton bio, d’utiliser des stylos en plastique, d’écrire sur du papier, de boire dans des bouteilles plastique… on arrête bien-sûr tous les produits transformés (donc les aliments industriels), de manger de la viande (les vaches françaises rejettent autant de méthane que 15 millions de voitures…), du choux et des haricots (ça, c’est pour nous…), mais aussi du sucre, du chocolat, du café, du soja, du saumon, du riz, des fruits et légumes, de l’eau minérale… Ca tombe bien car de toute façon il faudra aussi arrêter de réfrigérer nos aliments (les gaz de frigo sont parmis les plus polluants), de laver notre linge à la machine et de regarder la TV (lave linge et télévision sont au coude à coude en matière d’empreinte carbone…),  et bien-sûr… de conduire, de prendre l’avion, le train, de faire du vélo électrique, on utilise des toilettes sèches, donc on ne mange plus rien de chimique… bref,  on arrête tout !

 

Une révolution systémique et spirituelle


Face à tous ces débuts de solution, ce que propose Cyril Dion est une “révolution systémique”…

“Changer de récit”… Le récit généralement admis, le récit dicté par nos dirigeants… par la société de consommation… par les sociétés multinationales… Et en premier lieu, le récit de notre vie, à notre niveau… Changer l’Histoire… à travers toutes nos petites histoires…

Se regrouper, échanger, partager, savoir se limiter, se mobiliser… chacun à son niveau… à la mesure de ses moyens, sociaux, familiaux, économiques, psychologiques… à la mesure aussi parfois, de nos propres blocages…

Tout le monde n’est pas Pierre Rabhi… Nous ne pourrons toutefois rien obtenir si l’on n’accepte pas de lâcher quelque chose…

Comme l’a si bien évoqué C. Dion à une participante qui nous annonçait qu’après avoir vu le film “demain”, elle avait changé de vie pour se consacrer à la création d’un gîte touristique zéro déchet et éco-responsable :

“Nous n’avons aucune idée de l’impact que nous pouvons avoir sur les autres…”

Un peu comme le fameux “effet papillon”, dont le simple battement d’aile peut déclencher une tornade (ou comme le colibri, cher à Pierre Rabhi), nous avons, chacun d’entre nous, le moyen de changer les choses, de déclencher des tornades, aussi minimes soient-elles, même dans un verre d’eau ! (en filtrant l’eau au lieu d’acheter des bouteilles plastiques, par exemple !).

La révolution ne se fera pas d’en haut“, nous le savons…

Et nous le pressentons tous aussi, plus ou moins, à travers un mal-être, une insatisfaction permanente malgré toutes nos consommations : comme l’évoque Yann Arthus-Bertrand dans la vidéo ci-dessous, cette révolution ne peut être que spirituelle…

> Mais qui aujourd’hui est prêt à ça ?

Tout le monde est “Charlie”, mais qui est prêt à mettre son “gilet vert”, pour descendre dans la rue à chaque catastrophe ou scandale écologique ?

Tout le monde est un peu écolo-bio-(bobo ?), mais nous sommes souvent à râler quand les files d’attente des magasins bios sont trop longues, ou parce que les fruits non traités qu’on nous a vendu sont trop chers, pas assez murs… ou mûrissent trop vite !

Tout le monde veut “devenir spirituel”, s’asseoir dans l’écoute attentive et la contemplation silencieuse, mais sans pour autant écouter, regarder son voisin, lui parler, “bonjour, merci, au revoir, comment vas-tu” ?…

Tout le monde s’accorde sur l’importance de “donner”… mais c’est tellement plus agréable quand on reçoit !

 

 

Qu’est-on donc prêt à lâcher de notre petit confort quotidien ?


 

Les répercussions de cet article seront-t-elles plus importantes que son empreinte-carbone ?

De toute façon à quoi bon tout cela, puisque, nous sommes tous déjà cuits ! Retournons dormir tranquilles… Ca ne nous concerne pas tout ça, puisque ce sont nos enfants et nos petits enfants qui auront à le gérer… faisons donc confiance à leur créativité, que diable ! Retournons à nos programmes TV et préparons notre liste au Père Noël (dépêchons-nous, le black friday se prolonge toute la semaine !)… Et puis, on ne voudrait pas rater la finale de “The Voice Kids”…

Il parait qu’il y aura C. Dion.
Attention ! Pas Cyril… mais Céline… son “Titanic” marche encore, même s’il n’y a presque plus d’icebergs…

Emmanuel & Carine

 

Autres articles récents

X