Partager cette page

Facebook

Newsletter

« RESTER DROIT ET DÉTENDU… »

« RESTER DROIT ET DÉTENDU… »

IMG_8541

« RESTER DROIT ET DÉTENDU, QUOIQU’IL ARRIVE… »

Voilà ce que Me Cheng demandait à ses élèves…

Cette injonction, a souvent été prise au pied de la lettre… amenant à une double méprise :

La première, est celle de vouloir conserver à tout prix un axe vertical quoi qu’il en coûte, au détriment de tout autre mouvement.

La deuxième, d’essayer de s ‘éveiller à partir de la tenue de cette unique position… !

Comme si l’éveil à sa propre nature pouvait être une question d’exercice, de costume à revêtir…

C’est bien, au contraire, la volonté même de tenir une position particulière qui est l’obstacle à la vision-réalisation de notre nature foncière.

Alors, quand nous disons, « restez droit et détendu… », que disons nous ?


IMG_3351

« Rester droit et détendu… »

Ce n’est pas imposer un corset extérieur à toutes les déviances, les travers , les inclinaisons, les penchants, les dis-tractions, qui nous habitent… Mais réaliser où elles s’ originent, leur manque de fondement, de direction. La déviance crie le manque de sens. L’absence de résonance.

La fleur et l’herbe, dans leur aspiration à la lumière et à l’espace infini, n’ont besoin d’aucun corset dans leur fragilité. Elles sont l’ex-pression de ce qui sourd en elles et les pousse à s’élever vers le ciel.

Fleurir ne s’impose pas, c’est laisser suffisamment d’espace au mouvement de la vie en soi.


« Rester droit et détendu… » 

signifie, se faire con-fiance,

Aucune fruit n’est possible malgré soi.

Vivre n’est pas une tension vers un ailleurs inatteignable, dans la séparation entre une terre limitée et un ciel inaccessible.

C’est réaliser que le ciel est au plus profond de soi.

Que nous sommes nous mêmes cet intervalle. Le ciel-terre est en soi, est soi.

Dés lors, c’est lorsque nous serons une présence réelle que les (pro)positions tordues, comme les scories, tomberont naturellement.

Il nous faut cesser de nous couper en quatre, de nous tordre chaque jour davantage pour se rendre conforme aux masques conventionnels qu’on s’est, par facilité ou dépit, choisi…

Etre droit, c’est laisser émerger son véritable visage, cesser de faire violences à ses dispositions foncières.



IMG_7446« Rester droit et détendu… »

C’est restaurer la véritable saveur de nos vies.

Et pour ce faire, quitter tous les arômes artificiels et autres exhausteurs de goût.

C’est renouer avec le goût du simple, de l’authentique et quitter les parfums de misère.

C’est choisir la Voie du cœur, mais d’un coeur désencombré, (wuxin).

Refuser tous les mauvais compromis qu’impose l’air du temps, issu de l’ignorance, de la médiocrité et de l’avidité.

C’est refuser tout ce qui fait partout l’éloge actuel du tordu… qui fait que toute rivière est automatiquement détournée de sa source, embouteillée et aromatisée à des fins avides et mercantiles.

Le ‘tordu’ a perdu toute souplesse, recroquevillé sur lui-même, il n’a que l’apparence de la rondeur, au dedans il n’y a plus que tristesse, amertume et sécheresse.

Etre tordu, c’est en toute chose rechercher sa propre odeur. C’est le refus de l’élan vers le haut, le repli sur soi, sur ses propres circonvolutions mentales.

Etre droit, c’est se dépouiller de soi.


« Rester droit et détendu… »

C’est accepter sa solitude.

Il n’y a que là que l’on peut rencontrer le ciel en soi.

Ne plus vivre par procuration, en attente de support, de soutien, de béquille…


IMG_3212

« Rester droit et détendu… »

C’est rester con-forme à ce qui fait de nous des êtres humains.


« Rester droit et détendu… »

C’est justement se donner la possibilité de s’incliner sous le vent, d’inviter en soi chaque saison, de participer aux mouvements des étoiles et de la lune…


« Rester droit et détendu… »

C’est revendiquer sa double appartenance. Sa double racine, céleste et terrestre.

Notre parfum particulier à deux in-fluences. Il y a deux sèves. Deux souffles.

Celui que le ciel insuffle à nos coeurs et celui que la terre exhale, en réponse.

Rester droit, c’est devenir le faîte de cet intervalle où le terre-ciel respire.

C’est accepter son mode de respiration. L’ accueil et le don.

IMG_7751


« Rester droit et détendu… »

signifie que cette droiture dont nous parlons est un faîte, peut-être même un faîte ultime (taiji)…

Cette droiture n’est pas raideur, elle a plus à voir avec la clarté et la profondeur du regard et du cœur.

C’est une autre façon de parler de notre plus profonde vocation :

La  quête de la Grandeur.

CMC_Laughs

Autres articles récents

X