T’ai chi ch’uan : Les trois points essentiels de «l’ours constant»

T’ai chi ch’uan : Les trois points essentiels de «l’ours constant»

CMC_Laughs

L’objectif du T’aï chi chuan est la libre circulation du Qi. Et plus particulièrement dans le Taï Chi Chu’an de notre “grand-père”, Me Cheng Man-Ching, de concentrer le Qi pour atteindre la Douceur. Dans la ligne directe de Lao Tseu.

La fonction de l’enchaînement est d’ouvrir les canaux du Qi (méridiens) pour favoriser sa libre circulation. Mais si le Qi est pauvre, la circulation sera pauvre. C’est pourquoi, avant même la pratique de l’enchaînement, le Neïgong et la pratique dans le quotidien de la descente du QI au dantian sont primordiaux.

Cultiver le Qi, le raffiner, le transformer, l’enrichir… est central avant même la pratique de l’enchaînement (forme).

Un Qi puissant peut alors stimuler et faire circuler le sang, éviter les stagnations, qui sont en médecine chinoise, l’origine des maladies. Lorsque le Qi et le sang stagnent, la maladie apparaît.

Le point le plus important dans l’art du Taïchi de notre famille est le relâchement. La contraction ou crispation, nuit à la libre circulation du Qi. Mais ce relâchement ne doit pas disparaître lorsque les circonstances changent. Sans « investir dans la perte », il est rapidement difficile de prolonger le relâchement dans des circonstances défavorables…

Ne pas chercher à prendre le dessus, investir dans la perte, est la racine de la non-violence.

[intense_hr shadow=”1″ /]

Pour le maître Cheng Man-Ching, il y a un exercice central à son Taichi : « l’ours constant », pilier des cinq animaux de son neïgong (relié à “la chouette qui regarde”, pour le regard et la position de la tête). Cet exercice représente l’élément terre dans les cinq éléments (wuxing), lié à la fonction de la rate/estomac en médecine chinoise, qui gouverne le Qi acquis. Cet exercice est pour Me Cheng ce qui unifie l’ensemble de son Taichi en un seul mouvement…

Faudrait donc voir à “s’y arrêter un p’tit peu” !

Trois points essentiels prévalent à sa juste exécution :

  • Premièrement :

    La pratique régulière et quotidienne dans la durée : 30 mn après le déjeuner et le dîner.

    (Pour commencer 5 à 10 mn par jour peuvent suffire !…) 

  • Deuxièmement :

    La tête doit rester suspendue en libérant l’articulation occipitale (yu zhen) et rester dans l’axe du nombril.

    (le sacrum doit pendre comme un fil à plomb !) 

  • Troisièmement :

    Veiller à distinguer très clairement vider et remplir, plein et vide, en allant 100 % sur un appui avant de tourner. 

    Pendant toute la durée de l’exercice, conserver le QI au Dantian et les pieds bien à plat sur le sol.

Autres articles récents

X