Partager cette page

Facebook

Newsletter

ZHAN ZHUANG : “La posture du pieu en 18 points …”

ZHAN ZHUANG : “La posture du pieu en 18 points …”

IMG_0297
La pratique des arts martiaux, comme celle du Qigong, laisse une grande part à la pratique statique et plus particulièrement à la posture dite “du pieu” appelée “posture d’embrasser l’arbre ou la lune”…

Elle est parfois nommée “posture de méditation debout” (comme au Japon), “ritzu zen”… et donc comparée au zazen, posture de méditation assise.
Mais il ne suffit pas de rester debout sans bouger pour qu’il se passe quelque chose… Il ne s’agit pas de tenir une posture, mais d’abandonner toute fortification pour accéder à la Posture, une posture vivante, unifiée corps-souffle-esprit. Dans l’article qui suit, nous allons voir les 18 points précis de ce travail de Neigong…
 

Song jing zhan li shi : “être debout relaxé et quiet”

 

  1. Shuang Zu Bing Li : debout pieds parallèles
    • Pieds écartés de la largeur des épaules
    • Orteils en flexion (agripper sol)
    • Yongquan vide
    • Lombes et coccyx n’ont pas de pression 
  1. Qu Xi : flexion des genoux
    • Fléchir et relaxer les genoux 
  1. Song Kua : relaxation des hanches
    • Aines relâchées
    • Fait mobiliser les membres inférieurs 
  1. Yuan Dang : arrondissement de la partie supérieure entre les cuisses
    • Ecarter les genoux
    • Relaxer les genoux et les hanches
    • Relever les rotules pendant la relax, les membres inférieurs se trouvent légers 
  1. Ti Gang : soulèvement de l’anus
    • Relever le périnée et l’anus (ni contracté ni ouvert) 
  1. Shou  Fou : rétraction du bas ventre
    • Rétracter les muscles juste au dessus de la ceinture pubienne sans tendre les abdominaux
    • Fortifie le Dan Tian et la circulation dans le corps 
  1. Song Yao : relaxation des lombes
    • Grâce à 2 et 3
    • Relever les épaules et les relâcher d’un coup en expirant, cela amène la relaxation des lombes
    • Conduit à l’ouverture sacro-illiaque 
  1. Han Xiong : la poitrine rentrée
    • Pousser légèrement la poitrine en dedans en la relâchant, sans créer de creux en écartant les côtes en dehors 
  1. Babei : le dos étiré 

  1. Chui Jian : abaissement des épaules
    • Décontracter les épaules, c’est décontracter les muscles des épaules, du cou et du dos
  2. Zhui Zhou : tenir la face externe des coudes tournée vers le haut
    • Coudes suspendus 
  1. Xu Ye : vider le creux de l’aisselle
    • En écartant les coudes vers l’extérieur
    • Sans hausser ni aplanir les épaules
    • Facilite le passage du sang et du Qi 
  1. Song Wan : relaxation des poignets
    • Paumes creusées
    • Les doigts se rapprochent naturellement les uns des autres
    • Les doigts ne sont ni raides ni pliés
    • La main est le drapeau 
  1. Xuan Ding : tête suspendue
    • Suspendue par un fil depuis le sommet du crâne 
  1. Gou Sai : reculer le menton
    • Permet de suspendre correctement Bai Hui 
  1. Bi Mu : la fermeture des yeux
    • Les yeux se ferment comme un rideau abaissé mais sans fermer complètement les paupières
    • La « vue spirituelle » se ramasse à l’intérieur : on calme le Shen et le Yi 
  1. He  Chun : la connexion des lèvres 
  1. She Di Shang E : appliquer la langue au palais
    • Au point de jonction de la racine des incisives supérieures et du palais
    • Le faire sans forcer
    • Ce « mudra » se nomme  « Que Giao » « pont de pie » ou «Da Qiao » «  construire le pont
    • Fait communiquer Du Mai et Ren Mai
    • Stimule Jinjin, Yuye et Haiquan, points sous la langue qui produisent la salive. 

Pour les pratiquants d’arts martiaux : 

  • Développement de l’endurance, tant physique que psychologique.
  • Renforcement des structures osseuses, tendineuses et musculaires.
  • Capacité à garder la pensée et le corps unifiés dans l’inaction apparente (concentration).
  • Développement des sens et des perceptions (instinct).

Souvent abordée comme un travail préliminaire « ennuyeux » par les pratiquants qui débutent, cette pratique qui peut être ardue, voire inconfortable au début, n’en recèle pas moins de nombreux bienfaits. Les résultats se font sentir en général rapidement, mais l’idéal est de la pratiquer au moins 100 jours de suite.


 

Pour les pratiquants de Qi Gong :

Renforce et raffine l’énergie vitale, ouvre l’ensemble des méridiens pour que cette énergie circule et nourrisse les muscles, la peau, les os, les organes, la moelle, le cerveau…

Agit sur la vigueur (diminution de la fatigue et récupération plus rapide), le sommeil devient alors plus profond et réparateur.

Agit comme un nettoyage profond, réaction naturelle d’élimination des toxines : augmentation de la transpiration et de l’odeur de la transpiration, une coloration des urines foncée ou une augmentation du volume urinaire, une modification des selles… Tous ces symptômes, apparents ou non, sont transitoires et disparaissent rapidement au bout de quelques jours. Si toutefois ces modifications persistaient, il faudra en parler à votre professeur qui saura vous aiguiller dans votre pratique.

Anlin et Hérald Loygue

 

Autres articles récents

X