Partager cette page

Facebook

Newsletter

Médecine DIE DA, la médecine des arts martiaux…

Médecine DIE DA, la médecine des arts martiaux…

AcupunctureandMoxibustion

Dans l’imaginaire des arts martiaux, la médecine Dieda, ou médecine des arts martiaux, a un côté très romantique…

Le premier contact que j’ai eu avec la médecine Dieda fut auprès d’un Maître chinois de Malaisie qui nous enseignait après l’entraînement à réduire, à faire disparaitre les hématomes… Il ya maintenant 30 ans…

Cela n’avait rien de romantique ni d’exotique comme l’imaginaire pourrait le laisser croire. C’était tout simplement très douloureux… Mais il faut le reconnaître, nous avons ainsi pu constater avec stupeur la grande efficacité des produits de la pharmacopée pour le traitement des traumatismes.

Le Me Pong Chye Kim, maître réputé dans l’art de  la “Main de fer” qui aimait démontrer son art en brisant à main nue des blocs de granit…
Il était également un médecin réputé…

A côté de la séquence “torture”, il y eut aussi, en tout cas au départ, la séquence fou rire…

Boire de l’eau chaude avant d’effectuer des mouvements bizarres dont on ne comprenait rien (du Neïgong…), pouvait sembler bizarre au jeune et tout fou combattant que j’étais, mais nous avons rapidement changé d’avis en voyant ce qu’il était possible de faire avec…

Le Maitre enseignait “la technique de la main de fer” dont la préparation n’avait rien non plus d’une partie de plaisir… frapper sa main sur des sacs de plus en plus durs et la trempée dans de l’eau bouillante avant de la mettre dans une solution de pharmacopée  ce pendant trois mois n’a rien d’une partie de  plaisir….

Là encore, les résultats du traitement par les bains de plantes semblèrent tout simplement magiques. Moi qui n’avait aucune connaissance de la partie “interne” de ces arts, tout un univers s’ouvrait devant moi… Celui du Neïgong et de la médecine chinoise.

L’étude du traitement des blessures liés à l’activité martiale fait partie intégrante de l’enseignement des arts martiaux. Durant ma formation martiale, je n’avais vu jusque là que les formes japonaises (kuatsu et seifuku), efficaces mais assez rudimentaires par rapport aux formes chinoises d’où elles proviennent sûrement. 

Les soins Dieda sont réservés au pratiquant lui-même, puis par extension à son entourage proche. Ils ne sont enseignés dans les écoles martiales qu’aux étudiants confirmés dont l’esprit est “sans tache”, la langue “sans os”…

L’art a atteint un tel niveau que la plupart des villageois dans les campagnes, pour se soigner,  allaient de préférence dans les écoles d’arts martiaux (dans lesquelles existait une pièce spécifique réservée à cet effet) plutôt qu’à l’hôpital. De nombreux maîtres sont d’ailleurs plus reconnus dans l’art médical que pour l’aspect martial.

Apprentissage de la pause de ventouses.

C’est, je dois l’avouer, ce qui ma amené sur le chemin des “arts martiaux”, délaissant peu à peu celui des sports de combats auquel j’avais également gouté. 

Il était courant en Asie, après avoir défait son ennemi, de prendre soin de lui. Dans le combat, il faut l’emporter et de façon définitive, mais c’est toujours mieux sans blesser gravement l’adversaire.

Parmi les blessures les plus couramment rencontrées dans la pratique martiale, nous avons :

Les contusions superficielles, les contusions internes, les dislocations, les lésions des muscles et tendons, les lésions ligamentaires les coupures les fractures et félures,… 

Pour faire face à ces traumatismes, la médecine Dieda propose plusieurs solutions thérapeutiques qui souvent sont combinées entre-elles.

Un pratiquant après une séance de soins “guasha” (raclages)…

Parmi celles-ci : 

  • Yao xi : les bains de plantes
  • Yao jiu : les alcoolats, liniments
  • Yao gao : les cataplasmes,
  • Yao wan : les poudres concentrées
  • Yao tang : les décoctions …

 Qui viennent appuyer les techniques orthopédiques (zheng gu), ventouses, guasha, moxa,….

 Le pratiquant doit connaitre deux choses :

– Le diagnostic : spécifique à la médecine chinoise, selon les 4 temps et les 8 règles.

– Les traitements : selon les 8 techniques fondamentales (8 règles d’or). 

Dans un futur article nous verrons comment examiner une blessure selon la MTC, ainsi que les trois stades de lésions des tendons.

H. Loygue

Autres articles récents

X