Les Arts du Taïchi

  • Actualités

Quelle est la direction de la pratique ?

Quelle est la direction de la pratique ?

Comme les arbres en terre, nous devons tendre vers la lumière dans un double enracinement..

” le lourd et dense est la racine du léger “

Nous devrions croître et nous développer. Sauf que pour nous, le ciel est en nous !

La plupart d’entre-nous sommes sous-développés à certains endroits. Par manque d’enracinement le plus souvent. Spirituellement, le tiers ou le quart-monde n’est pas là où on le pense…

La “jeune pousse de lumière” que nous sommes est engoncée dans d’épaisses couches de boue de toutes sortes, de contaminations, de formations mentales,… Elle est alors ballotée par des forces puissantes d’obscurités.

Il y a souvent désaccord entre ce que l’on voudrait faire, ce à quoi on aspire, et nos actes effectifs . Si vous êtes alignés avec “la source supérieure”, connectés alors la croissance est assurée. Il vous faudra rester dans l’axe et centré.

Si vous voulez vous connaître, regardez votre vie. Pas son apparence, mais sa profondeur, sa racine, sa direction. Notre vie est la réponse à la question que nous sommes.

Concernant la pratique, on ne peut rien obtenir sans consécration. Quelle que soit l’activité, même un sportif sait cela, rien de sérieux ne peut se mettre en place.

L’esprit originel, “yuan shen”, clarté du ciel antérieur en l’homme, est recouvert de “shi shen” (l’esprit du ciel postérieur), des savoirs…

« La lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point saisie /accueillie » prologue Jean

C’est pourquoi “faire retour”, se simplifier, est le chemin choisi par les taoïstes pour reprendre contact (ou ne pas perdre contact), avec le ciel en soi. Lao tseu nous dit : ” Celui qui parle ne sait pas,….Celui qui étudie le Tao diminue de jour en jour…”,

Par le relâchement, on accède à la souplesse, à la douceur. Se mettre en résonance et peu à peu aller vers la transparence. Alors, la clarté originelle peut resplendir et éclairer notre vie existentielle, nos actions, nos relations et notre chemin.

L’existence horizontale sans verticalité, n’est juste que la dilapidation de notre trésor, de nos essences.

“Ce n’est pas nous qui portons la racine, c’est la racine qui nous porte…” nous dit l’avorton… C’est pourquoi nous devrions nous détendre et nous relâcher avec confiance. Laisser tomber, abandonner son poids sur la terre, est la meilleure façon de reprendre contact avec elle et d’affermir notre Racine.

Lorsque le souffle descend, s’enracine, le coeur s’évide .

Comment ou par quoi débuter la pratique pour un néophyte ?

Il vous faudra tout d’abord rencontrer, rechercher un bon professeur, un enseignement authentique.

C’est le poids et la force d’une lignée qui se transmet par l’enseignant, il n’enseigne pas de lui-même, il transmet.

Il se doit d’être aussi et surtout de rester “apprenant”, sinon sa pratique sera déséquilibrée.

Recherchez un enseignant qui est issu d’une lignée d’enseignants reconnus. Qu’il incarne l’enseignement dont il parle. Regardez ses antécédents, les anciens qu’il a formé… si son comportement est humble, discret, bienveillant…

Mais il faudra aussi et surtout que vous deveniez un élève. Que vous désiriez vider votre tasse et venir sous la théière, vous élever.

Aujourd’hui la tendance est au non-engagement.

On a une petite amie plutôt qu’ une épouse, un copain plutôt qu’ un ami, un prof plutôt qu’ un maitre. Les relations superficielles, de surface n’engagent pas… elles sont ainsi plus facilement contrôlables. Pas de risque, on n’investit rien. Au cas où… Que peut il sortir de cette terre là ?

La profondeur fait peur. L’on peut y mourir. Mais y a t-il une vie sans mort ?

Une mutation sans transformation .. “si le grain ne meurt…”

En Occident, les gens veulent comprendre avant de pratiquer. Une fois qu’ils pensent avoir compris, ils pensent avoir fait l’expérience… Mais ce n’est qu’une expérience mentale, une image du fruit, pas le fruit.

Le cerveau du mental singe n’est d’aucune utilité ici.

Cela, c’est la voie des perroquets.

Pas celle des êtres authentiques.

Né en 1967, Hérald Loygue pratique les arts martiaux chinois depuis 1983 et le Taï Chi chuan depuis 1989. Il s’est formé en Europe, aux états-unis, à Taïwan et en Chine auprès de différents maîtres de cet art. Il a fondé en 1996 l’école Lishan en Normandie dans laquelle il a enseigné jusqu’en 2020. Aujourd’hui, il ne s’occupe plus que de son cabinet de soin, de suivre son propre chemin et de quelques anciens étudiants qui enseignent aujourd’hui à leur tour.

Contact au 02.31.96.62.62
Horaires de la Permanence téléphonique :
Lundi & Mercredi : 14.00 à 16.00
Mercredi matin : 11.00 à 13.00
Vendredi : 13.30 à 15.30

Tous droits réservés – © Lishan 2020

Partagez cette page

Mentions légales
& politique de confidentialité

12, Rue Laplace
14000 Caen
(Centre-ville, Rives de l’Orne)

Rentrée scolaire 2021-2022
INFORMATIONS IMPORTANTES

Semaine d'inscription du 6 au 10 septembre

X
X