Institut

- Fondé en 1996 -

Questions fréquentes

Qi Gong : Conseils d’entraînement pour les trois mois d’été…

Qi Gong : Conseils d’entraînement pour les trois mois d’été…

IMG_1584

Article publié le :
14 juillet 2019

« C’est en piétinant le givre
que la glace solide survient… »
Yi jing 

Persévérance, régularité et ne pas mélanger les méthodes d’entraînement …


 

Aujourd’hui la plupart des personnes pratique des dizaines de Qigong différents, là où les ermites taoïstes n’en pratiquent que deux ou trois… Chaque méthode suit une logique particulière, a une direction spécifique, pour obtenir un effet escompté. Cet effet ne se produit pas par magie mais au bout d’une pratique régulière et méticuleuse : Trois mois, tous les jours, est la formule la plus couramment adoptée. 

Si la pratique est thérapeutique (qigong médical), le qigong est prescrit par le thérapeute en fonction du syndrôme établit à la suite du diagnostic différentiel (4 temps et 8 règles).

Il faut donc s’en tenir à ce qui a été prescrit et prendre régulièrement le médicament…

Les débutants veulent en général découvrir mille choses, arriver avant d’être parti, et sont à la recherche de sensations spéciales : il faut savoir que toute sensation n’est pas signifiante d’un travail sur le Qi !

On veut pouvoir soigner par le Qi, sans n’avoir rien encore amassé… Le plus souvent, ils cumulent les exercices et changent très souvent, dès qu’apparaissent les premières difficultés…

Arrêter un Qigong pour en reprendre un autre équivaut à tout reprendre à zéro… Le mélange des méthodes et tout excès peuvent également créer certains troubles : Les qigong qui développent le yang qi, trop pratiqués, peuvent empêcher de dormir par exemple… 

Les cours sont construits d’une certaine façon et se développent durant la saison suivant une logique spécifique.

Plus on s’en tient à une méthode précise, plus la chance d’obtenir des résultats est grande. Si l’on change sans cesse et que l’on s’ennuie en pratiquant, peut être faudrait-il interroger ce pour quoi vous pratiquez.

Vingt minutes à 1 heure par jour est un bon créneau de pratique, adaptable en fonction du lieu et du moment. L’excuse habituelle du « je n’ai pas le temps ou l’énergie » ne tient pas, lorsqu’on sait qu’une heure de méditation journalière ou de Qigong, permet de réduire le sommeil d’une à deux heures et d’accentuer grandement le temps de récupération. De nombreuses études sont aujourd’hui disponibles sur les bienfaits physiologiques de ces pratiques dorénavant développées dans les hôpitaux modernes d’Occident (sauf en France, mais cela viendra !…).

 

La pratique doit être simple, détendue et naturelle :

Comme dans la nature, inutile de tirer sur l’herbe pour la faire pousser plus vite… La pratique a pour objet de dé-tendre, d’aller vers “l’état de Qigong”. Tout volontarisme crée de la pression… Une intention trop prononcée crée de la stagnation et une surpression du QI, origine de dyspnée, d’oppression thoracique, de vertige,… Mais la mollesse et l’inertie ne donnent rien de mieux !

Xing, la forme :

Les postures doivent-être détendues et naturelles, ce qui ne veut pas dire avachies. Chaque mouvement a été élaboré pour étirer un méridien particulier ou bien ouvrir une porte du Qi,… Dans la posture, comme dans le geste, soyez précis !

 Qi , la respiration :

Elle doit rester souple et détendue, sans tension. Sauf lorsque cela vous est précisé lors d’exercices spécifiques, elle reste silencieuse, fine et délicate. On ne la force pas, on ne cherche pas à la maîtriser. C’est en se détendant qu’elle va s’approfondir, naturellement.

Shen, l’esprit

Mis à part des exercices spécifiques, l’esprit doit être détendu, ouvert, sans être ni dans la torpeur ni dans l’excitation. Les mouvements et les postures vont permettre au souffle se s’approfondir, de descendre au dantian, ce qui va agir sur la détente mentale, l’apaisement du cœur et des pensées qui le contaminent. Lorsque la conscience retrouve un peu d’espace, alors des exercices spécifiques pourront être développés.

Ainsi les résultats arrivent naturellement, ils ne sont pas provoqués…

Lorsqu’une sensation agréable se produit, ne la recherchez pas les séances suivantes. Si un phénomène désagréable apparaît, détendez-vous, ne vous inquiétez pas, mais arrêtez tranquillement ce que vous êtes entrain de faire… Ce peut être le signe d’une mauvaise pratique, parlez-en à votre enseignant.

Bon entrainement !

Autres articles récents

Search
Filtrer par
Filtrer par catégories
Actualités
Enseignements
Eskrima
Kungfu
Kuntao
Les outils de la pratique
Qigong
Diététique
Le Qigong du moment
Réflexions
Sanshou
Soins Bien-être
Soins MTC
T'aï Chi
Tuina
Vidéos

Remonter
X